Mémoire et citoyenneté

Partager cet article

Le Centre Régional d'Histoire de la Résistance et de la Déportation aide les enseignants
Actualités Mémoire et Citoyenneté  - 20/11/2018

Le C.R.H.R.D. de Castelnau-le-Lez (34) présente une exposition en lien avec le thème du CNRD 2019.

Entre le 3 et le 21 décembre 2018 le CRHRD accueillera une exposition temporaire sur le thème du CNRD intitulée : "Répressions et déportations en France et en Europe, 1939-1945. Espaces et histoire" mise à disposition par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

25 panneaux présentent les répressions et les déportations en France et en Europe de 1939 à 1945. Le cas de la Pologne et le sort des élites y sont développés, ainsi que la répression de la Résistance, l’enfermement des Juifs et leur assassinat, la déportation des Tsiganes... L’approche comparative entre la France et d'autres pays européens est mise en avant.

Des parcours pédagogiques sont proposés aux élèves de la troisième à la terminale.

Cette exposition sera complétée par des objets choisis dans les collections du CRHRD.

Cette exposition est une occasion unique de pouvoir enseigner  la déportation, le génocide des Juifs et des Tziganes, l’antisémitisme, la collaboration... avec des documents rarement utilisés dans les classes.

Le CRHRD propose également une conférence de Tal BRUTTMANN sur ce thème le jeudi 6 décembre à 17h00

Il convient de réserver à l’avance au 04 67 14 27 45 (ou crhrd@cegetel.net).

 


Exposition : Répressions et déportations en France et en Europe 1939-1945

Durant la Seconde Guerre mondiale, le IIIe Reich et ses alliés ont mis en œuvre un ensemble de politiques répressives, avec des modalités et des visées différentes. Celles-ci furent destinées non seulement à réprimer leurs opposants et adversaires, mais également à remodeler les territoires sous leur contrôle, notamment en s’attaquant à différentes populations.

La violence qui fut déployée durant le conflit s’inscrit dans différents cadres, car ces politiques relèvent de critères multiples, entre autres, liés aux statuts des territoires (dirigés par des alliés, occupés, annexés...), à la situation militaire ou encore selon la grille de lecture raciale attachée à chaque population. Les politiques répressives furent opérées avec différents moyens – appareil policier, judiciaire, répression militaire – s’appuyant sur de nombreux instruments répressifs : prisons, camps d’internement, camps de concentrations, exécutions sommaire, destructions...

Au cœur de ces politiques répressives se trouvent les déportations, qui ont joué un rôle essentiel. Si en France ce terme est devenu, depuis la fin de la guerre, synonyme d’envoi dans les camps de concentration, il recouvre cependant un ensemble de réalités bien plus larges. En soi, la déportation est un transfert de population, servant un objectif, une finalité : déportation vers un territoire, vers les camps de concentration, vers des lieux d’assassinat...

Lorsque la Seconde Guerre mondiale s’achève, le visage de l’Europe a été modifié en profondeur par les politiques répressives qui se sont succédées durant six années. Par-delà les destructions et les changements de frontières, la plus importante transformation concerne la géographie des populations, tant les politiques conduites par les différents protagonistes ont eu pour objectif de modifier celles-ci.

On estime que ce sont environ 20 millions de civils qui ont trouvé la mort en Europe durant la guerre, en grande partie en raison des violences dirigées contre eux. Près de 6 millions de citoyens polonais (dont 3 millions de Juifs) ont été tués et dix millions de citoyens soviétiques. Dans le cadre de la « solution finale », qui a fait six millions de victimes, les populations juives d’Europe centrale et orientale, l’espace qui correspondait au Yiddishland, où elles se trouvaient depuis plus d’un millénaire, ont été annihilées. Il en va de même pour les populations Tsiganes d’Allemagne et d’Autriche qui ont été détruites quasi-intégralement (environ 31 000 morts sur une population de 35 000) du fait des politiques à leur encontre dans les territoires du Reich.

Avec 11 millions de personnes déplacées en 1945, cette question est centrale et persiste pendant près d’une décennie. En 1947 on en compte encore un million vivant dans les camps de DPs, dont les derniers seront fermés en 1952, à travers l’Allemagne et l’Autriche.

 25 panneaux de 85 x 200 cm

1 : panneau titre
2 : répressions et déportations : six années de violences en Europe
3&4 : Liquider la Pologne
5&6 : Décapiter les élites
7&8 : Réprimer la résistance
9&10 : Enfermer les Juifs
11&12 : Déporter les Tsiganes
13&14 : Assassiner les Juifs
15&16 : Déporter les Juifs de France
17&18 : Détruire l’ennemi
19&20 : Ecraser la résistance en France
21&22 : Déporter les Juifs de Hongrie
23&24 : Jetés sur les routes
25 : L’Europe en ruine
Partager cet article
  • Imprimer
  • Réduire / Agrandir

Cartographie des DSDEN de l'académie

Cartographie des DSDEN de l'académie