Scolarisation des élèves à besoins éducatifs particuliers

Partager cet article

Des besoins spécifiques

La prise en en considération de l’élève est primordiale avant d’envisager les adaptations nécessaires pour répondre à sa situation, à ses difficultés, à ses besoins spécifiques.

Selon le rapport Delaubier, ses besoins sont au nombre de quatre:

a)    Un besoin de reconnaissance

Il convient de porter sur ces enfants, en échec scolaire, un regard bienveillant et compréhensif. Ceci impose en amont un repérage précoce et une analyse juste de leur situation, tout comme un diagnostic fiable de l’origine de leurs difficultés scolaires. L’EHP en échec scolaire, et qui n’est pas identifié, peut en effet avoir tendance à se conformer à l’image négative que l’environnement scolaire lui renvoie de lui en tant qu’élève;  il arrive ainsi que certains de ces élèves, dans une tentative de ressembler au groupe, renoncent à exprimer leur potentiel pour se conformer à des attentes qui deviennent de plus en plus faibles. On parle «  d’effet Pygmalion négatif » .

b)    Un besoin de prévention, de remédiation, parfois de soin

Les manques et déséquilibres doivent être traités/prévenus. Les problèmes psychomoteurs et/ou comportementaux nécessitent des interventions spécialisées à l’intérieur ou à l’extérieur de l’école.

c)    Un besoin de motivation

Le plus souvent, ces élèves n’investissent les apprentissages que s’ils sont confrontés à un niveau recevable de complexité qui leur procure une sorte de « jubilation cognitive ». Si bien que paradoxalement ils réussissent mieux les tâches difficiles et nouvelles que les travaux répétitifs et routiniers, et qu’ils appréhendent mieux et avec plus de réussite la globalité que les apprentissages séquentiels menés pas à pas. Ils ont un vrai besoin de stimulation intellectuelle. Il est recommandé de solliciter beaucoup les EHP et de les obliger à mettre en œuvre leurs aptitudes intellectuelles et créatives pour remédier à leur tendance à la paresse, fréquemment constatée par les familles et les enseignants.

d)    Un besoin d’équilibre

L’école doit compenser leur tendance à surinvestir les domaines intellectuels. On doit les accompagner dans leur éducation sociale, physique, affective et morale. Pour s’épanouir et réussir leurs études, ils doivent apprendre à contenir tant leur sensibilité que les pensées qui leur arrivent très vite, en abondance et en désordre . Il faut leur apprendre à aller vers les autres, à constater la nécessité et l’utilité des savoir-faire pratiques, l’importance de l’intelligence du geste. Il leur faut impérativement acquérir des méthodes de travail efficaces...

Partager cet article
  • Imprimer
  • Réduire / Agrandir

Cartographie des DSDEN de l'académie

Cartographie des DSDEN de l'académie