Le Centenaire 14-18

Partager cet article
extraits de lettres de la ferme du Soulié dans l'Hérault

26 août 1914 :
"Bon baiser de ton époux Fabre,
Je suis blessé à la main droite"

29 août 1914 :
"Cher époux,
Nous avons reçu ta carte nous disant que tu était blessé...
J'ai dit de suite que, où que tu sois, je voulais venir te voir."

Dans cette correspondance entre Marie et Pierre Fabre, le soldat préfère taire à son épouse la gravité de sa blessure.
Leur petit-fils a retrouvé par hasard toutes leurs lettres, presque tombées du ciel puisque conservées depuis un siècle, au grenier de la maison familiale.

En savoir plus
Références

Entre village et tranchées - L'écriture de Poilus ordinaires

Sous la direction d'Agnès STEUCKARDT

456 pages

Éditions Inclinaison, Uzès

ISBN 978-2-916942-46-9

Date de sortie : 20/11/2015

Entre village et tranchées - L'écriture de Poilus ordinaires
Actualités Mémoire et Citoyenneté

Maudite ou terrible guerre, des mots retrouvés dans toutes les lettres des Poilus héraultais

Le projet "Corpus 14", dirigé par Agnès STEUCKARDT, professeur à l'Université Paul-Valéry Montpellier III, réunit une équipe de chercheurs en histoire de la langue, sociolinguistique, grammaire et analyse de discours.

Il y a 100 ans, la France était en pleine Première guerre mondiale. Un centenaire entamé l'an passé avec une Grande collecte et recensement, lancés par les archives départementales, de tous les souvenirs que les particuliers pouvaient avoir chez eux. Notamment des lettres d'Héraultais au front. Ces documents ont particulièrement intéressé une linguiste qui étudie le français parlé au début du XXème siècle. En mettant de côté la parole des officiers et des plus instruits, elle s'est penchée sur le langage des gens du peuple.

Quel français écrivaient les Poilus ordinaires ? Comment leurs lettres conjurent-elles la séparation ? Comment créent-elles l'illusion d'une présence ? Cultivateurs, ouvriers viticoles, artisans, ils ont quitté leur village pour devenir soldats. Depuis les tranchées, un seul moyen pour garder le lien avec leurs proches : l'écriture. Ils en ont appris les rudiments à l'école de la troisième République... Ce livre invite à découvrir les écrits laissés par des témoins modestes de la Première Guerre mondiale... Dans la tragédie de la Grande Guerre, l'écriture ouvre, entre village et tranchées, une échappée de tendresse.

Partager cet article
  • Imprimer
  • Réduire / Agrandir

Cartographie des DSDEN de l'académie

Cartographie des DSDEN de l'académie