Élèves malades ou accidentés

Partager cet article

Scolarisation à distance par visioconférence

En 2015-2016 a débuté une expérimentation sur la scolarisation à distance par visioconférence pour des élèves malades  à partir de l’hôpital et/ou de leur domicile. Cette expérimentation a concerné  5 enfants  de la maternelle au CM2.

Compte rendu d'expérimentation de la scolarisation à distance par visioconférence pour les enfants malades (au CHU ou au domicile)                                                  

L’utilisation de la visioconférence donne la possibilité à un élève malade  de garder un lien direct avec sa classe, en lui évitant l’isolement.  Au-delà du lien social nécessaire la visio lui évite de se démobiliser, de se déconnecter des apprentissages. L’élève vit des moments de « normalité » et il oublie, pour un temps, sa maladie.

Cela lui permet également de préparer son retour sachant que ce n’est pas simple de revenir après une longue voire une très longue absence mais aussi  de ne pas être considéré comme un élève   fantôme.
                       

L'élève étant "présent" en classe, il y a moins de fantasmes autour de la maladie et le pédagogique finit toujours par prendre le pas sur la maladie.

 

Le dispositif de visioconférence proposé est d’une grande souplesse, l’élève ou l’enseignant a la liberté de couper le micro ou la caméra à tout moment. L’élève peut par exemple être présent tout en coupant sa caméra si le regard des « autres » le dérange, ce qui n’est jusqu’à présent jamais arrivé, cela démontre un réel désir de présence.

Il y a d’autre part la possibilité d’utiliser le « chat » et de partager des documents, permettant des échanges en direct très intéressants (images, vidéos, documents word, pdf...).

L’outil est particulièrement facile à prendre en main même pour des personnes néophytes en informatique.

 

L’association CATIE34 a permis d’équiper certaines classes d’ordinateurs portables, des micro/hauts parleurs bluetooth (Jabraspeak510UC) permettant d’améliorer la qualité du son, des webcam, des scan à main pour faciliter les échanges de documents entre l’élève et sa classe ainsi que des prises CPL afin de permettre plus de flexibilité quant à l’accès au réseau internet.

 

Chacun de ces projets est unique mais converge vers la même dynamique : donner la possibilité à l’élève de poursuivre sa scolarité.

 

Les modalités de présence de l'élève dans la classe sont variables, elles peuvent aller d'un simple contact avec les camarades de classe pendant les récréations, de manière à garder du lien,  à une présence pendant la classe d'1/2 heure à quelques heures, cela varie bien évidemment en fonction de la fatigabilité de l'élève et des soins voire même aller jusqu’à la journée complète. L’image peut être projetée grâce à un vidéo projecteur, nous avons par exemple pu assister à une courte pièce de théâtre dans laquelle l’élève malade était le personnage principal.

 

Afin de permettre à ces élèves « d’oublier » pour un temps la maladie, des moments différents leur ont été proposés par le pôle académique de visioconférence. Avec d’autres classes de l’académie les élèves malades, de chez eux, ou de l’hôpital, ont pu découvrir le laboratoire marin de Banyuls et échanger en direct avec des scientifiques  et participer à la manifestation « les enfants de la mer » avec un lâcher de 2 tortues marines en direct.

Il y a vraiment eu des moments magiques, parfois émouvants notamment lorsqu’un élève du CHU ne voulait plus se déconnecter.


Ces projets sont accompagnés conjointement par le pôle ASH et le pôle académique de visioconférence qui met à disposition l’outil scopia. L’accompagnement se fait aussi bien auprès des enseignants que des familles. L’aide de proximité des conseillers pédagogiques de circonscription chargés des TICE qui ont toujours été très réactifs est particulièrement précieuse. Ce travail d’équipe et l’accompagnement proposé rassure l’ensemble des partenaires. Ces projets n'ont pu voir le jour sans les enseignants du CHU qui sont les premiers à rencontrer ces enfants et qui sont à l'origine de la mise en place de la visioconférence ainsi que la coordonnatrice du CHU et du SAPAD.

 

Au cours de cette expérimentation nous avons eu l'occasion de rencontrer des enseignants extraordinaires. Ils ont été très ouverts et très investis, ils n'ont pas hésité à intégrer cet outil dans leurs pratiques pédagogiques, à revoir spontanément leur manière d'enseigner, cela implique parfois de réinventer la classe, de mettre en place de nouvelles habitudes voire des pratiques innovantes.

Ils sont tous prêts à renouveler l’expérience.

 

Tout cela participe bien évidemment à l'acceptation de l’altérité, développe l'empathie et forme ces enfants comme étant de futurs citoyens, ce sont de belles leçons de vie.

 

Au-delà de  leur intérêt  pédagogique  indéniable,  ce sont de réels projets d'inclusion qui permettent à ces élèves de poursuivre leur scolarité, de ne pas décrocher et de ne pas tomber dans l'oubli

Témoignages

Témoignage d’enseignantes :

"Je trouve cette expérience de visio -conférence très enrichissante. La classe apprécie ces temps où il est "présent" parmi eux. Les élèves font de leur mieux pour que les séances se déroulent bien et j'apprécie vraiment leur attitude. Je pense que c'est une vraie expérience de vivre- ensemble et chacun en ressort avec un plus. »

« Il n'a jamais autant travaillé que depuis la mise en place de la visio. Il occupe une place centrale au sein de la classe, je  laisse la session ouverte et il "rentre en classe" dès qu'il est prêt et la quitte lorsqu'il se sent fatigué. »

 

Témoignage d’enseignants du CHU :

« La visio efface les murs de la chambre d’hôpital.... Les bruits de la classe, le bouillonnement, le silence imposé prennent le dessus sur l’univers médical et des interventions des soignants.

L’élève, même alité, est entraîné par la régularité du rythme scolaire et la dynamique du groupe classe. Le repérage temporel traditionnel de l’enfant est maintenu (il n’est pas uniquement rythmé par le calendrier des soins). L’enfant retrouve le statut d’un élève. 

Ce dispositif développe l’utilisation du numérique et informatique en situation de communication réelle. »

 

Témoignage de parents :

« Nous ne sommes pas des docteurs, mais comme parents, on croit que ce projet a eu un effet thérapeutique pour notre enfant, lui permettant aussi de ne pas plonger dans la solitude d’une maladie grave qui nécessite des thérapies lourdes et souvent douloureuses. »

Ils disent qu'ils « amènent la classe partout avec eux, que ce soit à l’hôpital pendant les soins ou au domicile ».

 

Témoignage d’un élève :

«  J’oublie que l’on est à l’hôpital le temps de la visio. Le temps passe plus vite. »

 

Tous  ces retours sont très positifs et nous confortent dans l’idée de la pertinence de l’utilisation de la visioconférence auprès d’élèves malades.

 

Bien évidemment ces projets se poursuivent cette année et les demandes s’amplifient.

 

Personnes à contacter pour l’accompagnement des projets

 

Patricia LECCIA             Conseillère pédagogique ASH    

patricia.leccia@ac-montpellier.fr

 

Frédéric WOILLET         Responsable académique du Pôle de Visioconférence 

frederic.woillet@ac-montpellier.fr         

Liens utiles

Lien vers le pôle académique de visioconférence

                 

Lien vers l’association CATIE

Partager cet article
  • Imprimer
  • Réduire / Agrandir

Cartographie des DSDEN de l'académie

Cartographie des DSDEN de l'académie