Dialogues territoriaux de la vie étudiante : deuxième acte à Toulouse

Les réflexions amorcées à Montpellier se poursuivent pour viser à améliorer les conditions de vie étudiantes dans la région académique Occitanie.

La vie étudiante, priorité de l’État et de la région académique Occitanie

Après une première réunion à Montpellier sous la présidence de Sophie Béjean rectrice de la région académique Occitanie et chancelière des universités, le deuxième dialogue territorial de la vie étudiante s’est tenu ce mercredi 14 décembre à Toulouse, présidé par Khaled Bouabdallah, recteur délégué pour l’Enseignement Supérieur, la Recherche et l’Innovation, associant les élus de la Région, de la métropole de Toulouse et l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur.

Les discussions ont permis de partager un diagnostic de la vie étudiante sur le site toulousain et d’amorcer un travail pour identifier des actions et mesures à mettre en œuvre à Toulouse pour améliorer les conditions de vie étudiante.

Une vingtaine de dialogues territoriaux de villes universitaires d’équilibre de la région académique Occitanie sont également prévus jusqu’à la fin du mois de mai 2023.

Ces dialogues territoriaux réunissent les universités, les grandes écoles, les élus des collectivités, le Crous, les représentants étudiants, les associations et d’autres services de l’État. Il a vocation à développer des synergies entre les acteurs mobilisés sur l’amélioration  de  l’accès  au logement, à la restauration, à  la  santé, à la  culture, au développement de la pratique  sportive, au renforcement  des  politiques  inclusives, ou encore à la facilitation et à la reconnaissance des engagements  étudiants, au plus près du terrain et dans chaque ville universitaire d’équilibre.

Un schéma territorial de la vie étudiante articulera et synthétisera , au début de l’été 2023, l’ensemble des projets d’actions concrètes qui auront été proposés lors des dialogues territoriaux et auront émergé de ces concertations.

Des mesures déjà mises en place à la rentrée 2022

  • Le maintien de la tarification sociale des repas aux CROUS à 1€ pour les étudiants boursiers et précaires, et à 3,30€ pour tous les autres étudiants
    • Plus de 4,8 millions de repas à 1€ ont été servis depuis 2020 en Occitanie, soit environ 11 000 par jour
  • La hausse de 4 % des bourses sur critères sociaux à la rentrée 2022, le versement d’une aide exceptionnelle de 100€ à plus d’1,5 million d’étudiants, ainsi que la revalorisation des APL de 3,5 % et le gel des loyers dans les résidences étudiantes 
  • La création d’un nouveau Fonds pour une aide alimentaire durable, inscrit dans le projet de loi de finances 2023 et doté de 60 M€, qui permettra de soutenir des achats de produits frais durables et sous labels de qualité pour les 4 millions de bénéficiaires de l’action des associations

De plus, en novembre dernier, le ministère des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées et le ministère de de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ont annoncé une enveloppe exceptionnelle de 10 M€, destinée à financer au moins 300 000 colis alimentaires permettant à un étudiant de se nourrir pendant une semaine, en complément des repas à 1€ mis en place depuis la crise.

Cette enveloppe d’urgence soutiendra les associations qui agissent en faveur des étudiants les plus précaires, pour compléter l’offre alimentaire accessible aux étudiants au plus près de leurs besoins, et structurer les réseaux de distribution.

Dotée de deux Crous à Montpellier et Toulouse, la région académique Occitanie compte plus de 260 000 étudiants, dont 80 000 boursiers sur critères sociaux.

Mise à jour : décembre 2022