Semaine de l'égalité, du 18 au 22 octobre 2021

L'égalité des filles et des garçons est la première dimension de l'égalité des chances que l'École doit garantir aux élèves. Du premier degré à l’enseignement supérieur, toute la communauté éducative est concernée.

L’académie de Montpellier est déjà pleinement mobilisée sur ces enjeux et, pour poursuivre cet engagement, une semaine dédiée à l’égalité est mise en place du 18 au 22 octobre 2021, à l’échelle de l’académie afin de couvrir tous les champs de l’égalité.

Cette semaine permettra de mobiliser et renforcer la politique académique, d’insuffler une dynamique à poursuivre tout au long de l’année scolaire au sein des écoles et établissements, d’impliquer tous les acteurs et partenaires de l’Education nationale et de renforcer la politique de prévention pour mieux lutter contre les stéréotypes.

Un séminaire organiser le 18 octobre autour des enjeux de la transmission d'une culture de l'égalité à l'Ecole

Elle sera lancée, lundi 18 octobre, par un séminaire qui rassemblera les 280 référents égalités de l’académie de Montpellier à l’Ecole nationale supérieure de chimie de Montpellier. Il permettra de mener une réflexion collective sur les enjeux de la transmission d'une culture de l’égalité à l'Ecole de présenter des ressources et des outils pour faire vivre ces questions au quotidien, dans les établissements.

Des actions organisées toutes la semaine au sein des écoles et établissements


Dans les écoles

Les actions organisées viseront à agir sur les stéréotypes de genre, plus précisément à promouvoir la mixité dans les secteurs du numérique et le rendre accessible à toutes et tous, dès le plus jeune âge.
Pour organiser ces temps forts et les inscrire à long terme au sein des écoles :

Au collège

Les actions menées concerneront le genre et l’orientation, elles viseront à :

  • déconstruire les stéréotypes de genre qui pèsent et conditionnent encore les choix scolaires et d’orientation de nos élèves ;
  • faire connaître auprès des filles, les métiers porteurs et les métiers de demain, pour qu’elles puissent participer à leur création et y être pleinement représentées ;
  • de façon générale, mettre en lumière des carrières vers lesquelles filles comme garçons ne vont pas, et les aider à s’affranchir du poids des stéréotypes.

Au lycée


Les actions menées viseront à permettre aux lycéens et lycéennes de s’approprier et de faire vivre au quotidien l’égalité au sein de leur établissement.
Des temps forts ou animations, en appui aux instances installées (CVL), seront proposés dans le format le plus adapté à chaque établissement pour :

  • créer du dialogue
  • dresser un premier état des lieux de la situation de l’Egalité entre les filles et les garçons et identifier les problématiques les plus saillantes
  • Dégager des objectifs et des propositions d’actions afin de lancer une dynamique d’engagement qui pourra se poursuivre tout au long de l’année scolaire 2021/2022

Une carte interactive recensera toutes les actions menées dans l’académie [lien à venir]

Un plan d'actions en faveur de l'égalité filles-garçons lancé par le ministère à la suite du rapport co-piloté par Sophie Béjean

Sophie BÉJEAN, rectrice de l'académie de Montpellier, a piloté avec Jean-Charles RINGARD, Inspecteur général de l’éducation, du sport et de la jeunesse et copilote du comité de suivi de la réforme du lycée général et technologique, ainsi que Claude ROIRON, déléguée ministérielle à l’égalité filles-garçons, ont remis le 8 juillet 2021 au ministre Jean-Michel Blanquer un rapport « Faire de l’égalité filles/garçons une nouvelle étape dans la mise en œuvre du lycée du XXIème siècle » issu des travaux du groupe de travail installé au mois de mars. Les travaux du groupe ont abouti à un état des lieux précis et documenté, et à plusieurs propositions structurantes.

Consulter le rapport

A la suite de ce rapport, Jean-Michel BLANQUER, ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, a annoncé mercredi 6 octobre le lancement d'un plan d’actions visant notamment à atteindre 30% au moins de mixité d’ici 5 ans dans les enseignements de spécialité de la voie générale, les séries technologiques et les filières post-baccalauréat.