Le référent vie lycéenne / collégienne

Partager cet article
Contact

davlc@ac-montpellier.fr

04 67 91 45 24 

04 67 91 53 84

Logo Facebook Davlc Montpellier

Le tutorat par les pairs


Voici le texte présenté à Madame la ministre de l'éducation nationale par Victor Woillet lors de la réunion du CNVL du 7 février 2017 :


Madame la ministre de l'éducation nationale,

Je vous adresse ce texte afin de vous partager les nombreux atouts que susciterait la diffusion et la mise en place d'un tutorat entre élèves au sein de chacun des établissements généraux ou professionnels du secondaire.

Cette initiative, ayant déjà lieu dans de nombreux lycées, répond majoritairement à un constat concernant l'acroissement du recours à des cours particuliers, en dehors de l'enseignement public, d'une grande partie des élèves. De cette manière, ces derniers bénéficient d'un enseignement, souvent individualisé, supplémentaire, tandis que ceux qui n'y ont pas accès souffrent alors d'une inégalité face aux connaissances, puisqu'ils ne reçoivent pas le même enseignement que leurs camarades. Cette discrimination ne fait que s'ajouter à celle instaurée par l'origine sociale des élèves, déjà théorisée de nombreuses fois, comme le sociologue Pierre Merle a par exemple pu le faire à travers son concept de "démocratisation ségrégative" dans son ouvrage intutilé Les notes, secrets de fabrication, pulié aux éditions Puf. Chaque élève a un capital culturel différent de celui de son voisin et il sera d'autant plus difficile à celui provenant d'un milieu modeste, avec toute la volonté qu'il mobilisera, d'accéder à celui d'un autre élève bénificiant déjà d'un large socle de connaissance par son origine sociale.

Le principe d'un tutorat entre élèves ne requiert que très peu de moyens (la mise à disposition de salles, l'affichage des cours proposés par l'intermédiaire d'un simple tableau et une éventuelle reconnaissance de la participation mentionnée dans le bulletin trimestriel) mais permet d'instaurer un rapport nouveau à la transmission des savoirs. N'importe quel élève est à même de donner un cours dans la discipline de son choix, dès lors qu'il estime avoir la capacité de transmettre un savoir. Ce principe poussera les lycéens concernés à réinterroger leurs connaissances et à les percevoir sous un angle nouveau, celui de l'échange. De plus, ce dispositif ne se limite pas qu'à des élèves d'un même niveau mais ouvre la voie d'un décloisonnement entre les classes et filières. Cette rupture se retrouve également au sein des séances de tutorat, le rapport habituel entre un professeur et des élèves fait place à une réelle communication d'un petit groupe de lycéens sans inhibition dans la manière d'aborder une notion.

Ainsi, il me semble nécessaire d'envisager la diffusion d'une telle démarche qui, par un très faible besoin matériel, tend à proposer une approche nouvelle du rapport entre élèves, en reconnaissant à chacun la possibilité de transmettre un savoir qu'il a acquis, et faire vivre, au-delà de nos simples frontons, deux principes fondamentaux de notre école : l'égalité et la fraternité.

Victor Woillet,

élu au Cnvl, représentant de l'académie de Montpellier.



Deux exemples de fiches utilisées par les élèves dans des établissements du Gard :

Lycée Daudet, Nîmes : informations - tableau

Lycée de Gaulle Anthonioz, Milhaud : fiche du tuteur - demande de soutien


Partager cet article
  • Imprimer
  • Réduire / Agrandir

Cartographie des DSDEN de l'académie

Cartographie des DSDEN de l'académie