Les aides compensatoires

Accompagnement Humain

C'est au cours de l'évaluation des besoins de l'élève que va émerger la nécessité d'un accompagnement. Toutefois, celui-ci ne peut être la condition sine qua non de la scolarisation.

Certains élèves en situation de handicap ont besoin pour poursuivre leur parcours scolaire d'être accompagnés pour réaliser certains gestes, certaines tâches de la vie quotidienne à l'école, au collège ou au lycée. Néanmoins, rares sont les situations qui nécessitent la présence d'un accompagnant d’élève en situation de handicap (AESH) sur la totalité du temps scolaire.

Ainsi, les personnels accompagnants assurent des missions d'aide aux élèves en situation de handicap. Sous la responsabilité pédagogique des enseignants, ils ont vocation à favoriser l'autonomie de l'élève, sans se substituer à lui dans la mesure du possible. Aussi, les interventions de l'AESH sont élaborées en étroite concertation avec l'enseignant de la classe et trouvent toute leur pertinence par une préparation anticipée de la situation d'apprentissage.
La circulaire 2019-090 pose le cadre de gestion des AESH.

Les missions des accompagnants

Les activités des personnels chargés de l'aide humaine sont divisées en trois domaines qui regroupent les différentes formes d'aides apportées aux élèves en situation de handicap, sur tous les temps et lieux scolaires.

  • les actes de sa vie quotidienne, (habillage, aide à la prise de repas, à l’hygiène, …)
  • l’accès aux activités d'apprentissage (éducatives, culturelles, sportives, artistiques ou professionnelles),
  • les activités de la vie sociale et relationnelle.

Les types d’accompagnants

Les accompagnants d’élève en situation de handicap individuels (AESH-i) ou mutualisés (AESH-m) sont notifiés par la CDAPH.

L'AESH individualisé

Lorsque la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées décide, après l'évaluation des besoins par l'équipe pluridisciplinaire, d'attribuer un temps d'accompagnement pour la scolarisation de l'élève handicapé, c'est un AESH "individuel" qui assure alors cette mission qui a pour objet de répondre aux besoins d'élèves qui requièrent une attention soutenue et continue. Elle est accordée lorsque l'aide mutualisée ne permet pas de répondre aux besoins d'accompagnement de l'élève handicapé.

Lorsqu’elle accorde une aide mutualisée, la CDAPH définit les activités principales de l'accompagnant. La quotité horaire d'intervention auprès de chaque élève n'est pas fixée par la CDAPH ni son emploi du temps. L'organisation du travail de l'accompagnant sera donc fixée avec l'école ou le collège dans le cadre du PPS, en lien avec l’organisation des PIAL.

Le fait que, dans le cas de l'aide mutualisée, la MDPH ne définisse pas un quota horaire d'intervention auprès de chaque enfant mais seulement les activités principales de l'accompagnant, donne une certaine souplesse à ce fonctionnement.

AESH collectif

Dans les structures ou dispositifs collectifs de scolarisation (ULIS), l'hétérogénéité des groupes d'élèves peut rendre souhaitable la présence auprès des enseignants d'un autre adulte susceptible de leur apporter une aide générale et multiforme : l'AESH « collectif »
Il assure cette mission sur affectation par l'IA-DASEN. Placé sous la responsabilité pédagogique du coordonnateur de l'Ulis, il participe à l'encadrement et à l'animation des actions éducatives conçues dans le cadre de l'Ulis.

Les fonctions de l'accompagnant d'élève en situation de handicap

L'AESH peut être amené à effectuer quatre types de tâches :

  • Des interventions dans la classe définies en concertation avec l'enseignant (aide pour écrire ou manipuler le matériel dont l'élève a besoin). C'est ainsi que l'AESH peut aider à l'installation matérielle de l'élève au sein de la classe (postes informatiques, aides techniques diverses...). Cette intervention pratique, rapide et discrète, permet à l'élève de trouver la disponibilité maximale pour sa participation aux activités de la classe mais l'AESH ne doit, en aucun cas, se substituer aux apprentissages que l'enfant doit construire.
  • Des participations aux sorties de classes occasionnelles ou régulières : en lui apportant l'aide nécessaire dans tous les actes qu'il ne peut réaliser seul, l'AESH permet à l'élève d'être intégré dans toutes les activités qui enrichissent les apprentissages scolaires. Sa présence permet également que l'élève puisse participer aux activités physiques et sportives, dès lors que l'accessibilité des aires de sport est effective.
  • L'accomplissement de gestes techniques ne requérant pas une qualification médicale ou paramédicale particulière est un des éléments de l'aide à l'élève. Cet aspect important des fonctions de l'AESH exige que soit assurée une formation à certains gestes d'hygiène ou à certaines manipulations.
  • Une collaboration au suivi des projets personnalisés de scolarisation (réunions d'élaboration ou de régulation du PPS de l'élève, participation aux rencontres avec la famille, aux réunions de l'équipe éducative...) dans la mesure du nécessaire et du possible.

Les services départementaux de l’Education nationale pour l’école inclusive ont pour attribution la mise en œuvre de l’accompagnement pour ces élèves.

RASED: Réseau d'Aide Spécialisée aux Elèves en Difficulté (Premier degré)

Personnels et pilotage

Les RASED rassemblent des psychologues et des professeurs des écoles spécialisés, membres à part entière de l'équipe enseignante des écoles où ils exercent. Ils interviennent auprès des élèves de la maternelle au CM2 en classe ou en petits groupes.

Basée sur une école, le RASED a un périmètre d'action défini par l'Inspecteur de l'Education nationale, tant du point de vue géographique que du point de vue des priorités d'action (projet de RASED). Dans chacune des circonscriptions du 1er degré, l’inspecteur de l’Éducation nationale pilote la mise en œuvre des aides aux élèves et aux enseignants, en arrête l’organisation générale et les priorités.

Son intervention est assujettie à l'autorisation des parents ou tuteurs légaux.

Missions

Les personnels des RASED apportent l’appui de leurs compétences aux équipes pédagogiques des écoles. Ils les aident à analyser les situations, à reconnaître et prendre en compte les besoins des élèves et à construire des réponses adaptées.

Ils contribuent aussi à l’élaboration et à la mise en œuvre des plans d’accompagnement personnalisés (PAP) et au suivi des projets personnalisés de scolarisation (PPS).

Les aides spécialisées visent a à prévenir et remédier aux difficultés scolaires qui résistent aux aides que les enseignants des classes apportent à leurs élèves.

Circulaire n° 2014-107 du 18 août 2014

SESSAD : les services d'éducation spéciale et de soins à domicile

Les services d'éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD) sont constitués d'équipes pluridisciplinaires dont l'action consiste à apporter un soutien spécialisé aux enfants et adolescents maintenus dans leur milieu ordinaire de vie et d'éducation. Ils peuvent intervenir sur tous les lieux de vie de l'enfant et de l'adolescent.
Selon leur spécialité et selon l'âge des enfants qu'ils suivent, ces services peuvent porter des noms différents :

  • SAFEP : service d'accompagnement familial et d'éducation précoce (déficients sensoriels de 0 à 3 ans)
  • SSEFIS : service de soutien à l'éducation familiale et à l'intégration scolaire (déficients auditifs après 3 ans).
  • SAAAIS : service d'aide à l'acquisition de l'autonomie et à l'intégration scolaire (déficients visuels).
  • SSAD : service de soins et d'aide à domicile (enfants polyhandicapés)

Matériel Pédagogique adapté

La réussite de la scolarisation des élèves handicapés est parfois conditionnée par l'utilisation de matériels pédagogiques adaptés très onéreux dont l'achat ne peut être laissé à la charge des familles.

Depuis 2001, des crédits inscrits au budget du ministère de l'Éducation nationale permettent de financer le prêt de ces matériels aux élèves handicapés. Pour étudier la possibilité pour un élève de bénéficier d'un matériel pédagogique adapté, la famille peut s'adresser à la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) de son département ou à l'enseignant référent.

La nécessité pour l'élève de disposer de ce matériel est alors appréciée par l'équipe pluridisciplinaire de la MDPH, dans le cadre du projet personnalisé de scolarisation de l'élève, lorsqu’il permet une compensation des troubles des apprentissages ou d’un handicap tel que visuel ou moteur.
Après décision de la CDAPH, les matériels pédagogiques adaptés sont mis à disposition (matériels informatiques, notamment ...) dans le cadre de conventions de prêt. Il en conserve l'usage tout au long de sa scolarité, même s'il change d'école, d'établissement ou de département à l'intérieur de l'académie.