Maîtrise de la langue, maîtrise des langages et littératie

La maîtrise de la langue est à la fois une finalité et un moyen

On observe une très forte corrélation entre maîtrise de la langue et réussite scolaire ; ce constat apparait dès les années 90, et est confirmé d’année en année par de nombreuses enquêtes. Or, pour les trop nombreux jeunes qui sortent du système éducatif sans diplôme, les enjeux en terme d'insertion sociale et professionnelle sont immenses, situation dont nous ne pouvons nous satisfaire.
L’entrée par la maitrise de la langue apparait dans ce contexte comme une finalité et un moyen

Une finalité

Parce qu'elle participe de la construction de savoirs et de savoir-faire langagiers qui garantissent l'intégration des jeunes dans une société profondément ancrée dans l'écrit. Pour cela, il est nécessaire d'acquérir un niveau de maîtrise satisfaisant aux règles et aux normes de la langue française, qui régissent non seulement l'écrit de tous les jours, mais qui s'avèrent également indispensables dans n'importe quel champ social et professionnel. Cet ensemble de compétences comprend plusieurs dimensions complémentaires : l'écriture, la lecture et la compréhension de l'écrit, les différents formes et genres de l'oral : échanger, présenter, discourir qui sont les modalités les plus courantes. Ces compétences font l'objet d'un apprentissage quotidien du français comme langue d'apprentissage commune à tous.

Un moyen

Parce que la maîtrise de la langue se construit parallèlement à la langue d'apprentissage, dans des champs disciplinaires distincts, qui s'appuient sur des concepts propres qui sont pensés et définis par le langage. Ainsi, la maîtrise d'un lexique actif est nécessaire aux élèves pour évoluer sereinement à travers les "forêts de symboles" scientifiques et de concepts disciplinaires auxquels ils sont confrontés chaque jour. Il serait donc contreproductif de distinguer maîtrise de la langue d'apprentissage et maîtrise des différents langages des disciplines, eux-mêmes définis par le socle commun de compétences, de connaissances et de culture, tels que les définit le domaine 1.
Le domaine 1 n’est pas par conséquent l'apanage des seuls professeurs de lettres, mais l'affaire de tous. Or, pour donner sens à cet apprentissage, il convient de l'envisager dans la perspective d'un rapport au monde qui dépasse l'univers de la classe : sous toutes ses formes, le monde de l'écrit doit envahir l'école, s'introduire dans toutes les salles de classe, se glisser dans les couloirs, se répandre dans la cour de récréation et dans tous les lieux de passage des écoles et des établissements, au lieu de seulement rester cantonné au CDI et aux classes de français ou aux salles de classe des écoles.
Cette perspective pluridisciplinaire a le mérite d'élargir le champ de travail aux lycées, qu'ils soient professionnels ou généraux et technologiques, où l'on fait généralement le constat de carences et de difficultés chez les lycéens, sans forcément trouver de situations d'apprentissage adaptées et de pistes d'amélioration des compétences langagières. Désormais, les lycées doivent accorder une place plus importante à la maîtrise de la langue, depuis l'entrée en seconde jusqu’à la préparation du grand oral et du chef d’oeuvre. La mission apporte un support pédagogique pour aider les équipes à construire un enseignement de l’oral et par l’oral au quotidien, dans toutes les disciplines, qui ne soit pas limité à des épreuves blanches.

Acteurs et missions

La mission académique sur la maîtrise de la langue et la prévention de l'illettrisme a pour vocation de former les acteurs de l'apprentissage comme des "tuteurs de langage", non seulement qui aident leurs élèves à comprendre et acquérir les règles en usage, mais également qui les mettent en situation de produire des idées et des concepts à travers les activités langagières quotidiennes. Pour le premier degré, il s'agit également d'harmoniser l'enseignement du français dans le cadre de la polyvalence, de créer une culture commune et de faire monter en compétences tous les acteurs. Enfin, les formateurs des deux niveaux participent activement à la préparation du séminaire annuel sur la maîtrise de la langue.
 

1er degré : GROUPES DÉPARTEMENTAUX

Le groupe du premier degré est constitué des IEN chargés de mission pour la maîtrise de la langue par les directeurs académiques. Chacun d'entre eux travaille dans le cadre des territoires avec des IEN, des conseillers pédagogiques départementaux et des maîtres formateurs qui élaborent des ressources en direction des enseignants. La particularité de ce travail est d'articuler, dans le cadre de la polyvalence, l'apprentissage de la langue française du "dire, lire, écrire", celui du français "langue d'apprentissage" dans toutes les activités de la classe et dans tous les enseignements. Les groupes départementaux visent à construire des ressources mutualisables au sein de l'académie pour tous les professeurs. Enfin, ils participent activement à la formation continue dans le premier degré et au séminaire annuel sur la maîtrise de la langue.

Aude

Le pôle d'expertise départemental Fondamentaux, français, mathématiques et maternelle, s'attache à engager une réflexion pédagogique approfondie sur la question de l'enseignement des savoirs fondamentaux.
Il se compose d'une dizaine de personnes provenant de différentes circonscriptions du département : PEMF, CPC, IEN ET A-DASEN.
Les axes prioritaires sont la mise en œuvre des plans Français et Mathématiques et leur nécessaire mise en cohérence avec une approche spécifique de l’École maternelle. Celle-ci porte tant sur la formation de formateurs que sur l'actualisation des contenus didactiques.
Les réflexions didactiques et pédagogiques se sont orientées ces deux dernières années sur la diffusion et l'accompagnement des guides à l'usage des enseignants en lien avec les thématiques identifiées dans le cadre du plan français:

  • le vocabulaire
  • l'oral et la compréhension
  • la production d'écrits.

Le pôle d'expertise s'inscrit dans une démarche dynamique d'accompagnement à visée formative des équipes de circonscription et d'écoles en élaborant des outils et des ressources au plus près des priorités et des besoins.

 

Hérault

Le pôle d’expertise « Fondamentaux » réunit les inspectrices et les inspecteurs de l'Education nationale ainsi que les conseillers pédagogiques de circonscription chargés de chacune des priorités nationales pour le 1er degré (Français, Mathématiques, Citoyenneté), du cycle 1 au cycle 3. Pour l’année scolaire 2021/22, l’inspecteur d’académie DASEN de l’Hérault, suite aux analyses des résultats des élèves aux évaluations nationale, a impulsé un travail sur la fluence dans les domaines disciplinaires fondamentaux. Le directeur académique a d’ailleurs organisé un séminaire à destination de tous les formateurs du département sur ce sujet en juillet 2021.

Pour le français, au sein du pôle d'expertise, trois inspectrices et inspecteurs, et trois conseillers pédagogiques constituent le comité de pilotage départemental auquel est associée la CPD « école maternelle ».  Ce groupe restreint conçoit le plan annuel des animations pédagogiques et élabore les contenus du parcours m@gister, en liens étroits avec le comité de pilotage restreint mathématiques.

Dans chaque circonscription, 1 conseiller pédagogique est chargé plus particulièrement de la mise en œuvre des heures d’animations pédagogiques dédiées au français. Ces CPC sont réunis 3 fois dans l’année.
Dans chaque circonscription, un conseiller pédagogique est référent pour le plan français : il met en œuvre le plan français auprès des constellations d’enseignants choisis par secteurs de collège cette année.

Lozère

La mission départementale s'est étoffée d'une nouvelle Conseillère Pédagogique Départementale.
En cycle 1, le travail s'appuie sur le Groupe Académique Maternelle et vise à accompagner les professeurs à l'enseignement du geste d'écriture et à la didactique de l'oral.
En Cycle 2 et 3, dans un contexte où le multi-niveaux est prégnant, les animations pédagogiques sont intitulées "faire aussi écrire les élèves en difficultés".
Et de façon transversale, il est proposé d'initier et de soutenir de nombreuses actions autour de la lecture plaisir dans une logique de partenariat avec les bibliothèques, les bibliobus, les collèges de secteurs, les associations culturelles...

Pyrénées orientales

Le groupe « Maîtrise de la langue » en lien avec le Comité de Pilotage des « CP / CE1 dédoublés » et le "Plan français" s'est engagé dans un plan de formation quinquennal. Il est constitué de six parcours de formations visant à enrichir les gestes professionnels : l'apprentissage de la lecture au CP, l'enseignement de la compréhension de l'écrit aux cycles II et III, l'enrichissement du lexique du cycle I au cycle III, les écrits courts et les écrits longs et l'enseignement explicite de la grammaire au cycle III.
L'objectif commun est d'investir et d'équilibrer les différentes composantes de ces apprentissages dans la programmation, les progressions et les emplois du temps, de constituer une banque d'outils et de ressources, d'enrichir la culture didactique et les gestes professionnels des professeurs par l'observation et la mise en place de pratiques spécifiques, par le travail d'équipe et la mutualisation des pratiques, des outils et des démarches.
L'apprentissage de la lecture au CP : la formation repose sur cinq préoccupations essentielles : l'enseignement explicite du principe alphabétique ; le lien quotidien entre lire et écrire ; l'enseignement du vocabulaire ; la compréhension et l'acculturation ; observation des pratiques de classe (gestes professionnels, co-enseignement et/ou co-intervention, organisation matérielle, organisation des apprentissages et conception de l'emploi du temps...).
La formation sur l'enseignement de la compréhension repose sur quatre modules (textes narratifs ; traitement de l'inférence ; textes informatifs ; enseignement des stratégies).
La production d'écrits vise le travail des écrits courts et des écrits longs.
L'enrichissement du lexique prend ancrage au cycle II et III à partir des travaux de Bruno germain.

Quatre espaces « m@gistère » ont été créés :

  • Apprentissage de la lecture
  • Enseignement de la compréhension
  • Enseignement du lexique au cycles II et III.
  • Les écrits courts

Un parcours m@gistère est en cours d'élaboration : les écrits longs.
La lecture ayant été décrétée grande cause nationale, le groupe départemental Maitrise de la Langue va lancer du 9 au 13 mai 2022 la Première Edition de la manifestation "Faites de la lecture". Il s'agira d'ouvrir les établissements scolaires volontaires pour mener différentes actions fédérant des partenaires de tout horizon.

Calendrier :

  • 1er temps concours d’affiches : du 29 novembre 2021 au 15 février 2022.
  • 2ème temps choix de l’affiche : 17 février 2002 (GDML)
  • 3ème temps : « Faites de la lecture » du 9 au 13 mai 2002

2d degré : Cercle d'étude maitrise de la langue et prévention de l’illettrisme

La réflexion autour des langages est animée dans le second degré par des professeurs issus de tous les champs disciplinaires du second degré, et en lien très étroit avec le premier degré.

Les objectifs du groupe :

  • à partir de chaque culture disciplinaire, construire une culture commune autour de la maîtrise de la langue, c'est-à-dire, identifier les besoins langagiers des élèves pour mieux concilier ces apprentissages avec les spécificités disciplinaires (en mathématiques, en histoire géographie, en éco-gestion, par exemple...) ;
  • concevoir des ressources qui aident les enseignants à s'emparer de la MDL dans leurs disciplines, et les diffuser à travers le portail pédagogique académique
  • construire une offre de formation continue territoriale qui corresponde aux besoins identifiés par les équipes dans les grands domaines dire, lire, écrire.
  • Apporter aux cercles d’étude disciplinaires une expertise dans ces domaines.

Les enjeux concernent donc enseignants et apprenants :
Pour que chaque enseignant perçoive les enjeux de la MDL dans sa discipline, il s'agit dans un premier temps d'identifier les difficultés rencontrées dans les différentes disciplines. Par exemple, dans les disciplines scientifiques, les difficultés d'apprentissages ne sont pas nécessairement corrélées aux difficultés langagières des élèves : pourtant, la complexité des concepts scientifiques nécessite leur mise en mots par les élèves pour qu'ils puissent se les approprier et les exploiter. Il s'agit d'aider les élèves à penser à l'aide de la langue et dans la langue, car c'est la langue qui structure la pensée et les connaissances. Il est donc essentiel de prendre en compte la réception et la production orales et écrites dans la philosophie du CECRL.
Ces travaux ont conduit à la conception de fiches de descripteurs destinés aussi bien aux élèves qu'à leurs professeurs afin d’identifier échecs et réussites dans les productions orales ou écrites ; elles leur permettent par ailleurs de fixer des axes de progrès précis et individualisés, exploitables par exemple dans le cadre de "devoirs faits" ou en accompagnement. Ces fiches s'appuient sur quatre dominantes langagières : raconter, décrire, expliquer, argumenter.
Ainsi le cercle d’étude MDLPI s'efforce d'élaborer des outils d'analyse communs dont les enseignants puissent s'emparer facilement et qui visent à analyser les productions langagières dans une perspective d'investigation scientifique.

Un séminaire annuel sur la maîtrise de la langue et la prévention de l'illettrisme pour tous les professionnels

Depuis la rentrée 2014, la mission a concentré ses travaux dans la perspective d'un élargissement à toutes les disciplines et, parallèlement, dans la volonté de constituer un vivier de formateurs capables d'intervenir dans les différents réseaux école-collège. Le séminaire annuel offre dans ce contexte un levier susceptible de générer d'une part des pratiques efficientes, d'autre part d'alimenter les sources d'autoformation des formateurs et des participants. La composante « prévention de l'illettrisme» demeure un axe de travail fort coordonnant les efforts des enseignants au profit des élèves de tous les lycées. Les récentes évaluations nationales et internationales sont à ce titre de précieux indicateurs qui permettent d'identifier les points de fragilité.

Les thèmes abordés sont les suivants :

  • Décembre 2014 : La lecture : mise en relation du sujet avec le monde
  • Décembre 2015 : Écrire en mots, écrire en image
  • Décembre 2016 : Questions d'oral, l'oral en question(s)
  • Janvier 2018 : Lecture de documents composites : du papier à l'écran
  • Mars 2020 : en collaboration avec la mission Éducation prioritaire « Écrire pour apprendre et écrire pour comprendre »

Les ressources rassemblées lors de ces séminaires sont consultables sur le parcours m@gistère du séminaire par tous les professionnels de l'éducation de l'académie de Montpellier :
Accédez au parcours

 

En savoir plus

Mettre à jour : novembre 2021

La mission MDLPI a assuré la coordination du projet européen Erasmus+ LISTIAC qui vise à sensibiliser la communauté éducative à la dimension langagière des apprentissages.

Mettre à jour : novembre 2021

Ce dispositif très simple consiste à ménager dans les écoles, les collèges et les lycées, un espace-temps quotidien de lecture autonome, pour les élèves et tous les membres de la communauté éducative.

Mettre à jour : novembre 2021

Le « Cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer » est, comme son nom l'indique, un cadre de référence.

Mettre à jour : novembre 2021