Parutions très signalées

Partager cet article

Reporter de guerre. C'est quoi ce métier ?

TOPO fait le point sur le métier de reporter de guerre.

TOPO 017 Mai 2019Dans son numéro 17 de mai 2019, l'excellente revue d'actu dessinée TOPO poursuit la série "C'est quoi ce métier ?" avec celui de reporter de guerre. Quelques pages pour dissiper les brumes d'une vision romantique du journaliste en conditions extrêmes. TOPO fonde cet épisode sur le récit d'Hélène Sallon, Grand reporter spécialiste du Moyen-Orient au journal Le Monde. Elle a notamment couvert en 2016-2017 la bataille de Mossoul. Cet engagement sur le terrain, au plus près des combats, constitue la trame de son témoignage.
 

Bien qu'adapté à un jeune public, le discours d'Hélène Sallon n'omet rien des réalités de son métier. Nos élèves pourront y découvrir l'envers du décor des reportages auxquels ils accèdent sans effort. Quel est le prix payé pour les produire ? Quelles compétences professionnelles, linguistiques, humaines sont nécessaires pour y parvenir ? Combien d'heures passées pour produire une minute d'information ? Dans quelles conditions vit un journaliste au milieu du chaos ? Quels risques sont pris, comment les gérer pour ne pas se mettre trop en danger ? Quelles conséquences a l'exposition aux réalités de la guerre ? Quelle foi en son métier peut motiver une journaliste à accepter ces contraintes ?

 

Travailler sur ce témoignage sera aussi l'occasion de questionner la pertinence du dessin pour traiter de ce sujet. Le dessin permet d'évoquer sans excès des réalités qui seraient visuellement trop choquantes pour un jeune public. En étant moins spectaculaire, il favorise l'analyse. Cette mise à distance est un atout pour le genre du reportage, car elle n'exclut pas de rendre sensibles les réalités du terrain. Le reporter, c'est les yeux, les oreilles, tous les sens du lecteur avec la rigueur d'analyse du journaliste. Là encore, la bande dessinée permet un discours parfaitement maîtrisé, avec une répartition de l'information entre le dessin et un texte réduit au nécessaire. Enfin, le dessinateur n'a pas besoin de s'exposer aux risques de la guerre pour la représenter. Qu'il travaille à partir d'une documentation visuelle réalisée par des reporters d'images ou à partir de leurs simples témoignages, sa capacité à les restituer depuis sa planche à dessin semble illimitée.
 

Cette séance de travail sur le BD-journalisme peut s'articuler avec une autre séance consacrée au dessin de presse. Souvent un dessin unique, formellement sans trame temporelle, mais qui joue des figures rhétoriques pour dire beaucoup en une fraction de seconde de lecture. Le dessin est un objet d'éducation aux médias à part entière.

 

TOPO, à retrouver dans vos CDI ou au kiosque le plus proche !

 

Découvrir TOPO en ligne : Consulter

 

Partager cet article
  • Imprimer
  • Réduire / Agrandir

Cartographie des DSDEN de l'académie

Cartographie des DSDEN de l'académie